+33 (0) 760.980.411 aurelien@bike-evasion.org

Se connecter

S'enregistrer

Nom d'utilisateur*
Mot de passe*
Confirmation de mot de passe*
Prénom*
Nom*
Email*
Tél*
Pays*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Se connecter
+33 (0) 760.980.411 aurelien@bike-evasion.org

Se connecter

S'enregistrer

Nom d'utilisateur*
Mot de passe*
Confirmation de mot de passe*
Prénom*
Nom*
Email*
Tél*
Pays*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Se connecter

[ENTRAINEMENT] Utilisation du capteur de puissance

Pour qui ? Pourquoi ?

L’utilisation du capteur de puissance à l’entrainement comme en compétition est très utile et permet d’analyser toute une série de données liées à la performance: évaluation du potentiel physique, suivi de la progression, gestion de course, stratégie d’effort …

Cet outil de mesure est à présent de plus en plus accessible à tous niveaux et plus seulement réservé à l’élite comme cela a été longtemps le cas.

Le capteur de puissance peut-être intégré au pédalier, au dans le moyeu d’une roue.

Qu'est ce que la "puissance" ?

La donnée de la puissance mécanique est une mesure assez complexe qui prend en compte de multiples paramètres tant liés au cycliste qu’à l’influence de son environnement. Pour simplifier les choses, partons du principe que, pour se déplacer, le cycliste doit fournir l’énergie nécessaire à sa progression dans l’espace et donc générer un certain niveau de puissance mécanique. De manière très schématique et simplifiée, nous pouvons dire que la puissance, exprimée en Watts, est le produit du couple de force développé sur les pédales et de la cadence de pédalage (vitesse angulaire).

La force et la cadence de pédalage sont donc deux éléments-clés que l’on doit travailler le plus souvent possible à l’entraînement

Quels sont les avantages ?

  • Le premier élément important à prendre en compte est que la puissance est un paramètre invariable contrairement à la fréquence cardiaque (FC) qui est une donnée facile d’utilisation mais moins précise. En effet, de nombreuses études ont montré que la FC ne reflète qu’en partie l’effort réellement réalisé par le sportif. La FC est soumise à de nombreuses influences : climat, température, stress, fatigue, position du corps, nature du terrain, etc…. La puissance est une mesure directe de l’énergie mécanique qui ressort du sportif, ce qui n’est pas le cas de la FC qui est un témoin biologique interne de l’organisme. En d’autres termes, la puissance mécanique représente un stimulus d’entraînement alors que la FC n’est qu’une relative réponse à ce stimulus.

 

  • La mesure de la puissance fournie à l’effort n’a aucune inertie contrairement à la FC qui a tendance à dériver ou à mettre un certain laps de temps pour se stabiliser. Certains athlètes ont une telle dérive cardiaque à l’effort que la mesure de la fréquence cardiaque est beaucoup moins précise et efficace. On peut observer par exemple une dérive sur des efforts longs et soutenus (proche du seuil anaérobie ou juste en dessous). Celle-ci correspond alors à l’élévation progressive de la FC dans le temps pour une même puissance fournie. Sur l’exemple repris ci-dessous, il s’agit d’un intervalle réalisé par un coureur cycliste au seuil à une intensité de 300 watts sur une durée de 8’.

 

  • Le capteur de puissance permet à un coach de suivre et d’évaluer avec précision la progression et l’évolution des entraînements de son athlète. A l’heure actuelle, il existe toute une série d’outils et de plateformes de suivi de l’entraînement qui permettent d’analyser et de décortiquer les séances, mais également le volume d’entraînements, la charge de travail accumulée (à court ou long terme), les intensités d’effort fournis, le temps passé dans chaque zone d’entraînements, les périodes de forme optimale et encore bien d’autres paramètres…. Ceci pourrait faire l’objet d’un article à lui seul tellement il y a de paramètres intéressants à analyser. Il y a cependant une donnée qui mérite que l’on s’y attarde un peu car elle est simple à utiliser : le profil de puissances records. 
CAPTEUR DE PUISSANCE: TEST SUR LE TERRAIN

Lequel choisir ?

Pour vous aider à choisir le capteur de puissance qui correspond le mieux à vos besoins, découvrez l’article sur notre blog partenaire: VELOTECH

Conclusion

L’investissement dans un capteur de puissance peut être un réel plus à l’entraînement. Prenez le temps de vous l’approprier, de maîtriser les différents paramètres de mesure et il vous le rendra !

Et si vous avez du mal à mettre en pratique l’utilisation de la puissance, comme pour l’entraînement, prenez contact avec un entraîneur qui pourra facilement vous aider à en tirer tous les bénéfices qu’il procure. Il ne faut cependant pas devenir accro voire dépendant aux chiffres, le capteur doit vous faire évoluer vers une meilleure écoute et compréhension de vos sensations sur le vélo. Enfin, il ne s’agit pas d’utiliser le capteur de puissance pour se débarrasser du cardiofréquencemètre. Ces deux capteurs sont avant tout complémentaires dans l’analyse des données.

Leave a Reply

Visit Us On FacebookVisit Us On Instagram